Verre Envers – Poème calligramme

verre visages

*

Quelle curieuse chose, n’est-il pas, que le verre à pied ?

Le mien, je l’ai placé au soleil, entre l’homme et l’objet,

et la lumière y joue avec les filets de bulles torsadés.

S’y joue peut-être aussi, c’est beaucoup s’avancer,

l’équilibre entre deux natures opposées.

car enfin si de l’objet le verre a la fixité,

son pied le rapproche de l’humanité.

Et toutes ces bulles ailées ?

On y apercevrait

luire, briller

et tourner,

ou se lever

et cligner,

des yeux étonnés.

Cette ambiguïté,

ici dévoilée,

est

doublée

d’une autre rivalité.

Car en effet,

l’eau animée

s’est révélée

sous le soleil à l’apogée

et deux doubles se sont dessinés.

L’un est une ombre, courte et tassée.

L’autre un éventail de couleurs irisées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *